Qu'est-ce-que je fais ici ? C'est bien la première fois que je me pose cette question à peine que mes pieds aient foulé la moquette de mon bureau.

Parce que, je vous le rappelle, nous sommes aujourd'hui le 14 août et que, finalement, j'ai mal géré mon planning.
La semaine dernière et ce début de semaine, j'avais encore des choses à accomplir (une lettre interne à peaufiner, de la saisie en retard, un guide d'utilisateur de la base de données à construire...). Mais là, je ne sais pas si c'est parce que je prends le train ce soir pour le week-end ou si c'est parce qu'on est seulement trois personnes à l'étage, mais je n'ai aucune envie de me mettre au travail. Et même que si j'en avais envie, je ne saurais pas quoi faire. Pour la première fois de ma vie, je regrette de ne plus avoir de documents à saisir dans la base de données... c'est pour vous dire dans quelle situation je me trouve !

La journée va être très longue (d'autant plus que la Chouette n'a pas trouvé mieux que de réserver le train de 20h28).
Il n'y a personne avec qui discuter, personne qui me téléphone, personne qui m'écrit... c'est triste, non ?

Alors je pense à ce collègue qui m'a dit vendredi dernier : "Quoi ? Tu seras là la semaine prochaine ? Mais y'aura personne ! Moi, en tout cas, je ne viendrai pas".
Oui, sauf que moi je suis quand même venue car, on aura beau dire mais je fais partie de cette minorité dans ma boîte qui aie encore des scrupules à enfreindre les règles de bonne conduite et d'honnêteté ! Rien que ça.

Alors, vous l'aurez compris, j'écris sur ce blog pour la seule et unique raison que cela va m'occuper quoi... 20 minutes !
Après, je pense que je vais aller glâner sur Internet pour essayer de trouver des infos que je n'ai pas besoin de chercher.

J'ai même pensé à quitter le bureau vers 16h00 pour aller au ciné avant de prendre le train. Mais j'ai oublié mes tickets chez moi et ça me saoule de devoir payer 9 euros alors que j'ai tout un carnet de tickets que j'ai déjà payés 5 euros pièce. Bref, j'ai bien des soucis.

Je ne dirai pas "Courage, fuyons !".... mes fesses sont clouées à ce siège de bureau (petite consolation malgré tout : ce siège est très confortable).
Mais bon finalement... "Courage, restons !", c'est quand même plus honorable !
On se motive comme on peut.