A midi, je suis enfin allée dans ce magasin dont Cocotte me parlait déjà il y a quelques années de cela : Le Grand Comptoir à Suresnes.

Nous passerons le fait que j'ai craqué pour un petit chemisier et pour de la crème pour les mains super douce (et encore, s'il n'y avait que ça ! J'avais bien envie de dévaliser le magasin).

J'ai en outre été très étonnée par une réaction de la caissière. Et cette attitude m'a bien fait réfléchir sur le chemin du retour...
Je faisais la queue à la caisse et, au moment de mon tour, je croise le regard de la caissière. Son regard est un peu insistant, je ne sais pas pourquoi. Et puis tout d'un coup, elle me dit : "Pourquoi vous me souriez comme ça ?"
Etonnée, je lui réponds : "Ben... parce que je suis contente !"
Et elle de me répondre : "Et bien cela fait plaisir à voir !"

Du coup, c'est elle qui, en enregistrant mes articles, n'arrêtait pas de me lancer des regards complices en me souriant !

L'intrigue c'est que je ne me suis pas rendue compte que je souriais plus qu'à l'ordinaire. Je ne me suis pas trouvée plus enjouée que d'habitude en faisant la queue à la caisse. Je n'avais pas l'impression d'être en plein délire non plus.

Alors, je m'interroge. Les gens ont-ils l'air tellement tristes pour que la vendeuse voit en moi une mine réjouie et épanouie ?
En regardant autour de moi, j'ai eu la malheureuse impression que oui.

Comme quoi, le mythe des gens qui font la gueule dans le métro est parvenu à remonter à la surface !
Smile !