Hier soir, pendant que l'Oiseau profitait encore une fois du dîner traiteur dans la loge au Stade de France (et accessoirement garnissait les tribunes pour le match de foot), je me suis affalée dans le canapé pour suivre le nouvel épisode de la Nouvelle Star (en passant, vivement le direct qu'on ne soit plus contraint de supporter ces mises en scènes neuneu et ridicules qui ne dupent plus personne).
C'est impressionnant comme la retransmission télévisuelle n'est pas fidèle à la réalité. Je parle du théâtre du Trianon, dans lequel je suis allée assister à un concert mardi soir. Le lieu est un peu vieillot, l''espace est ramassé. Pas du tout comme dans l'écran de télé où on croirait qu'il s'agit d'une immense salle restaurée depuis peu.

Mais bon, on s'en fout parce que, une fois encore, nous n'avons pas été déçus du spectacle que nous sommes allés voir (gratuitement) : le Joyeux urbains ! Eh oui, les mêmes que ceux que nous étions déjà allés voir l'année dernière.
C'est en recevant des invitations de dernière minute sur mon e-mail que j'ai été informée du concert. Ni une, ni deux, c'est parti ! On avait bien rigolé l'année dernière et même si, cette année, ce fut moins la surprise car on connaissait déjà un peu le répertoire, on a encore beaucoup apprécié ! En plus, il y avait des guest-stars car c'était les 13 ans du groupe.

Bon et j'ai même pas honte d'annoncer que j'ai pris 2 places pour aller voir les Fatals Picards à l'Olympia ! J'aime bien les gens qui ne se prennent pas au sérieux.